Maladie d'Alzheimer: un nouvel espoir déchu

Publié le par Rim Savatier-Elkhatib

Des observations cliniques ont démontrés la réduction du risque de maladie d’Alzheimer chez des sujets sous anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).







Une étude (ADAPT) randomisée en double aveugle, AINS versus placebo, a donc été conçue pour évaluer les effets de deux molécules, naproxène et célécoxib, 400 et 440 mg par jour, respectivement, sur le risque de maladie d’Alzheimer.

Plus de 2 000 hommes et femmes âgés d’au moins 70 ans et ayant des antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer ont été inclus dans cette étude et suivis au moyen de tests d’évaluation des performances cognitives.

Comparativement au groupe placebo, les sujets sous anti-inflammatoire ont eu tendance à présenter de moins bons scores globaux. Ni l’un ni l’autre des anti-inflammatoires testés n’a amélioré les fonctions cognitives. La piste des AINS semble donc définitivement close.

Cf: Cognitive function over time in the Alzheimer's Disease Anti-inflammatory Prevention Trial (ADAPT): results of a randomized, controlled trial of naproxen and celecoxib.Arch Neurol. 2008 Jul;65(7):896-905.

Publié dans psychologie

Commenter cet article