Red Wine Attitude: Le vin rouge participe à la prévention du cancer du sein

Publié le par Rim Elkhatib Savatier

Fréquence et prévalence :

Le cancer du sein reste le premier cancer de la femme en incidence et en mortalité. En France, 44.000 nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués chaque année (contre 20 000 dans les années 1980). Rare avant 25 ans, sa fréquence augmente avec l’âge (75% des nouveaux cas dépistés concernent des femmes de plus de 50 ans). On estime qu’une femme sur 9 est menacée de développer un cancer du sein au cours de sa vie.
Le cancer du sein est un cancer hormono-dépendant. Les cellules mammaires expriment à leur surface des récepteurs à œstrogènes. Les œstrogènes circulant donc jouent un rôle majeur dans le développement de la tumeur, mais aussi dans les récidives post thérapeutiques.




Facteurs de risque :

1. Le sexe : le cancer du sein est plus fréquent chez la femme que chez l’homme.
2. L’âge : Rare avant 25 ans (sans oublier que le risque est toujours réel), le risque du cancer du sein augmente avec l’âge.
3. Les antécédents personnels et familiaux de cancer du sein : surtout une hérédité du côté de la mère (mère, sœur, tante, cousine).
4. L’âge de la première grossesse et la durée globale de l’allaitement : les femmes âgées de plus de 30 ans au moment de leur première maternité sont exposées à un risque de cancer du sein légèrement plus élevé que les femmes enfantant pour la première fois avant l’âge de 25 ans. Il est aussi établi que l’allaitement joue un rôle protecteur contre le cancer du sein (lire
http://beneficium.over-blog.com/article-23696732.html
5. La durée de la vie sexuelle : une puberté précoce et une ménopause tardive constituent un facteur de risque du cancer du sein, secondaire à l’imprégnation hormonale.
6. Habitudes de vie : tabagisme, stress, obésité, drogues, habitudes alimentaires, traitements hormonaux, pollution environnementale sont des facteurs de risque du cancer du sein sur lesquels il est facile d’agir.

Traitement du cancer du sein :

- La chirurgie.
- La radiothérapie.
- La chimiothérapie.
- L'hormonothérapie.

L’hormonothérapie vise à :

- Bloquer les récepteurs cellulaires à œstrogènes: par une molécule à structure chimique identique à celle des œstrogènes, mais qui n’entraîne pas les mêmes réactions cellulaires. Ce sont les SERMS (Selective Estrogen Receptor Modulators): TAMOXIFENE, KESSAR, NOLVADEX, ONCOTAM, TAMOFENE.

- Diminuer le taux des ER circulants en bloquant l’aromatisation des androgènes en œstrogènes (la suppression de la synthèse des œstrogènes par castration médicamenteuse n’est plus utilisée que dans des cas très particuliers, en raison des effets secondaires très lourds pour les patientes) : ARIMIDEX, FEMARA, AROMASINE, ORIMETENE.


Mécanisme d'action de l'hormonothérapie (schéma tiré de http://www.doctissimo.fr/)



Prévention :

La prévention du cancer du sein commence par un dépistage précoce. Autopalpation, examen médical et mammographie seront faits en fonction des cas.
Adoptez une bonne hygiène de vie s’avère également nécessaire : tabagisme, alcoolisme, obésité, activité physique, habitudes alimentaires.
L’alimentation joue un rôle important dans la prévention du cancer du sein (et de tout cancer), mais également dans la prise thérapeutique de ce cancer.
Consommer des fruits et légumes (frais de préférence et sans additifs chimiques) apporte au corps vitamines, eau, fibres et micronutriments indispensables pour lutter contre les radicaux libres (à haute toxicité cellulaire). Parmi ces nutriments il y a les polyphénols, appelés également flavonoïdes, trouvés notamment dans le soja, le litchi, le raisin et le vin.

Les polyphénols :

Sont des molécules largement présentes dans le règne végétal. On regroupe sous ce terme un ensemble de molécules qui ne possèdent pas de valeur nutritive, mais suscitent de plus en plus d'intérêt. Ce sont les polyphénols qui, par exemple, marquent de leur empreinte des aliments " de plaisir ", comme le chocolat ou le vin rouge.

Le rôle des polyphénols sur la santé a été démontré par de nombreuses études effectuées aux quatre coins du monde. Ils ont une action anti-oxydante, anti-inflammatoire, ils diminuent la pression sanguine et l’agrégation des plaquettes, ils augmentent le taux du bon cholestérol, jouent un rôle protecteur sur les vaisseaux, augmente la sensibilité des cellules à l’insuline et luttent contre les différents éléments du syndrome métabolique.
Les polyphénols luttent contre les radicaux libres en limitant leur formation et en augmentant leur élimination, jouant ainsi un rôle anticancéreux non négligeable. Cette protection concerne tous les cancers, notamment le cancer du sein.

Le cancer du sein est un cancer hormono-dépendant. Les œstrogènes jouent un rôle majeur dans le développement de la tumeur, mais aussi dans les rechutes post thérapeutiques.
Les œstrogènes se fixent au niveau de récepteurs situés sur la membrane des cellules du tissu mammaire, entraînant de nombreuses réactions en chaîne. Il en résulte des modifications de la structure génétique de la cellule, entraînant une cellule tumorale, immortelle, qui se multiplie à grande vitesse.

En effet, environ 60 % des cancers du sein en préménopause et 75% en postménopause sont des cancers œstrogèno-dépendant, possédant des récepteurs cellulaires pour les œstrogènes (qui jouent un rôle activateur).
La synthèse des œstrogènes s’effectue au niveau des ovaires et par aromatisation des androgènes circulant (réaction enzymatique par laquelle une enzyme, l’aromatase, transforme des androgènes en œstrogènes). L’activité de l’aromatase est fortement exprimée dans le tissu cancéreux par rapport au tissu sain.

Le vin rouge est riche en polyphénols connus pour leurs propriétés anti-oxydantes. Beaucoup d’études se sont intéressées aux bénéfices nutritionnels et pharmacologiques du vin.

L’un des polyphénols du vin est le resvératrol (RSVT). Des études menées sur le RSVT on démontré son pouvoir antioxydant et anti-tumoral. En plus, au niveau tissulaire, le RSVT se comporte à la fois comme un agoniste et un antagoniste des œstrogènes. De même structure que les œstrogènes, il entre en compétitivité avec ces derniers en se fixant sur les récepteurs cellulaires à œstrogènes. Ceci entraîne une modification des réactions biochimiques au sein de la cellule.
De même, le RSVT inhibe l’aromatase, responsable de la transformation des androgènes circulants en œstrogènes. Ceci aboutit à une diminution du taux des œstrogènes circulants.

Les procyanidines sont un ensemble de polyphénols présents dans le vin à fort pouvoir antioxydant. Ils luttent contre la formation et l’impact des radicaux libres sur la membrane cellulaire, inhibent la prolifération des cellules tumorales (donc de la taille de la tumeur) et activent l’apoptose cellulaire (mort cellulaire programmée, ou suicide cellulaire : processus par lequel des cellules déclenchent leur autodestruction en réponse à un signal ; les cellules tumorales, quant à elles, sont immortelles).

Si l’effet anti-aromatase du vin blanc reste réduit et donc le risque lié à l’alcool supérieur aux bénéfices apportés par les polyphénols, ce n’est pas le cas pour le vin rouge.
Riche en différents polyphénols, une consommation régulière et modérée de vin rouge permet de prévenir de nombreuses maladies, dont le cancer du sein, mais améliore également le pronostic post thérapeutique et diminue le risque de récidives. On estime qu’une consommation quotidienne de 125 ml de vin rouge apporte assez de procyanidine pour supprimer l’activité de l’aromatase chez les femmes ménopausées.

Le vin rouge n’est plus à être considéré comme un danger pour la santé. Toutes les études qui se sont penchées sur les effets d’une consommation modérée ont démontré le rôle chimioprotecteur des polyphénols présents dans le vin. On peut dire que l’effet chimioprotecteur peut être obtenu à travers des gélules de polyphénols. Sans doute, mais ne serait-ce pas comme remplacer un plat sain, bien équilibré et qui fait plaisir par un comprimé question de maîtriser jusqu’au microgramme notre alimentation pour ne pas prendre un gramme !

Allier l’utile au plaisir est la clé du bien-être, car «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité» (définition de la santé par l’OMS).

Prochain article: Le vin rouge protège de la maladie d'Alzheimer.


Bibliographie:

- Patterns of alcohol (especially wine) consumption and breast cancer risk: a case-control study among a population in Southern France. Ann Epidemiol. 2008 Jun;18(6):467-75. Epub 2008 Apr 28
- Metabolism of resveratrol in breast cancer cell lines: impact of sulfotransferase 1A1 expression on cell growth inhibition. Cancer Lett. 2008 Mar 18;261(2):172-82. Epub 2007 Dec 20
- Effect of resveratrol on the expression of autocrine growth modulators in human breast cancer cells. Antioxid Redox Signal. 2001 Dec;3(6):969-79
- Resveratrol, a natural product derived from grape, exhibits antiestrogenic activity and inhibits the growth of human breast cancer cells. J Cell Physiol. 1999 Jun;179(3):297-304.
- Resveratrol-induced apoptosis is associated with activation of p53 and inhibition of protein translation in T47D human breast cancer cells. Pharmacology. 2007;80(2-3):134-43. Epub 2007 May 29
- Resveratrol-induced cell inhibition of growth and apoptosis in MCF7 human breast cancer cells are associated with modulation of phosphorylated Akt and caspase-9.Appl Biochem Biotechnol. 2006 Dec;135(3):181-92
- The red wine polyphenol resveratrol displays bilevel inhibition on aromatase in breast cancer cells. Toxicol Sci. 2006 Jul;92(1):71-7. Epub 2006 Apr 11
- Treatment of mcf-7 breast cancer cells with a red grape wine polyphenol fraction results in disruption of calcium homeostasis and cell cycle arrest causing selective cytotoxicity. J Agric Food Chem. 2006 Oct 4;54(20):7912-23
- Resveratrol induces apoptosis and inhibits angiogenesis in human breast cancer xenografts in vivo. Cancer Lett. 2006 Jan 8;231(1):113-22
- Consumption of Antioxidant-Rich Beverages and Risk for Breast Cancer in French Women. Annals of EpidemiologyVolume 16, Issue 7, July 2006, Pages 503-508
- Anti-aromatase chemicals in red wine. Ann N Y Acad Sci. 2002 Jun;963:239-46
- Associated nutritional risk of breast and colon cancers: a population-based case-control study in Montreal, Canada. Cancer Lett. 2005 Jun 1;223(1):85-91.
- Estrogenic activity in white and red wine extracts. J Agric Food Chem. 2003 Mar 26;51(7):1850-7
- Estrogenic effects of resveratrol in breast cancer cells expressing mutant and wild-type estrogen receptors: role of AF-1 and AF-2. J Steroid Biochem Mol Biol. 2004 Mar;88(3):223-34.
- Les polyphénols sont à la fête. " HEALTH & FOOD " numéro 62, décembre 2003
- Le vin : de la vigne au verre. http://www.petzi.org/vin/index.html
- High fat and alcohol intakes are risk factors of postmenopausal breast cancer: a prospective study from the Malmö diet and cancer cohort. Int J Cancer. 2004 Jul 1;110(4):589-97.
- Pentameric procyanidin from Theobroma cacao selectively inhibits growth of human breast cancer cells. Mol Cancer Ther. 2005 Apr;4(4):537-46
- Polyphenol interaction with the T47D human breast cancer cell line. J Dairy Res. 2005;72 Spec No:44-50
- Procyanidins as antioxidants and tumor cell growth modulators. J Agric Food Chem. 2006 Mar 22;54(6):2392-7
- Pyrogallol Structure in Polyphenols is Involved in Apoptosis-induction on HEK293T and K562 Cells. Molecules. 2008 Dec 4;13(12):2998-3006
- Resveratrol and breast cancer risk. Eur J Cancer Prev. 2005 Apr;14(2):139-42
- Resveratrol induces apoptosis and inhibits angiogenesis in human breast cancer xenografts in vivo. Cancer Lett. 2006 Jan 8;231(1):113-22
- Resveratrol inhibits cell proliferation and induces apoptosis of human breast carcinoma MCF-7 cells. Oncol Re. 2004 Feb;11(2):441-6.
- Micronutrient Information Center
- Resveratrol:http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/phytochemicals/resveratrol/index.html
- Soy, Isoflavones, and Breast Cancer Risk in Japan. Journal of the National Cancer Institute, Vol. 95, No. 12, 906-913, June 18, 2003
- Structure-function studies of aromatase and its inhibitors: a progress report. J Steroid Biochem Mol Biol. 2003 Sep;86(3-5):231-7
- The red wine phenolics piceatannol and myricetin act as agonists for estrogen receptor alpha in human breast cancer cells.. J Mol Endocrinol. 2005 Oct;35(2):269-81
- Suppression of Estrogen Biosynthesis by Procyanidin Dimers in Red Wine and Grape Seeds. Cancer Research 63, 8516–8522, December 1, 2003
- The red wine phenolics piceatannol and myricetin act as agonists for estrogen receptor _ in human breast cancer cells. Journal of Molecular Endocrinology (2005) 35, 269–281.
- The Red Wine Polyphenol Resveratrol Displays Bilevel Inhibition on Aromatase in Breast Cancer Cells. TOXICOLOGICAL SCIENCES 92(1), 71–77 (2006)
- Alcohol as a cause of Cancer. Published by the Cancer Institute NSW, May 2008
- Baisse de l’incidence des cancers du sein en 2005 et 2006 en France : un phénomène paradoxal. Bull Cancer 2008 ; 95 (1) : 11-5
- SERMs for the treatment and prevention of breast cancer. Rev Endocr Metab Disord. 2007 Sep;8(3):229-39
- Treatment of Postmenopausal Breast Cancer with Selective Estrogen Receptor Modulators (SERMs). Breast Dis. 2005-2006;24:93-105
- The role of selective estrogen receptor modulators on breast cancer: from tamoxifen to raloxifene. Taiwan J Obstet Gynecol. 2008 Mar;47(1):24-31
- Safety of adjuvant endocrine therapy in postmenopausal women with breast cancer. Am J Clin Oncol. 2008 Dec;31(6):595-605
- Prevention of breast cancer using SERMs. Adv Exp Med Biol. 2008;630:232-6.
- Differential estradiol and selective estrogen receptor modulator (SERM) regulation of Keratin 13 gene expression and its underlying mechanism in breast cancer cells. Mol Cell Endocrinol. 2008 Dec 16;296(1-2):1-9
- Lack of complete cross-resistance between different aromatase inhibitors; a real finding in search for an explanation? Eur J Cancer. 2008 Dec 3
- Down-regulation of PPARgamma1 suppresses cell growth and induces apoptosis in MCF-7 breast cancer cells. Mol Cancer. 2008 Dec 5;7(1):90
- Androgen receptors as a prognostic and predictive factor in breast cancer. Folia Histochem Cytobiol. 2008;46(3):269-76
- Grape Polyphenols Reduce Breast Tumor Growth. Translational Oncology Vol. 1, No. 1, 2008.
- LES POLYPHENOLS DU VIN : DE LA CHIMIE POUR LA VIE. Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 75-90


A lire également:

Red wine attitude: un verre pour la santé.

Bonum Vinum.

Le vin et ses mots.

 

 

Publié dans Santé- Bien être

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Increase Penis Size 21/07/2009 20:12

More & more people know that blog are good for every one where we get lots of information any topics !!!

Increase Penis Size 21/07/2009 20:11

More & more people know that blog are good for every one where we get lots of information any topics !!!